Le Maine Coon

Poids

De 4 à 9kg

Taille

De 100 à 120 cm

Type de poil

Mi-long

Perte de poil

Modérée
Importante en période de mue

Comportement et caractère

Affectueux

Calme

Indépendant

Joueur

Miaulement

Comportement et caractère

Vie avec des enfants

Sociable avec les étrangers

Santé

Rustique

Origine de la race

Les ancêtres du Maine Coon seraient des chats à poil long arrivés avec les premiers Européens s’étant établis en Amérique et se sont adapter aux rudesses climatiques de la région correspondant à l’extrême nord-est de ce que sont aujourd’hui les Etats-Unis, et plus précisément l’Etat du Maine. D’où le nom de la race.

De plus en plus de fermiers de la région se sont intéressés au Maine Coon, qu’ils appréciaient autant pour sa beauté que pour sa capacité à chasser les nuisibles. A partir de la seconde moitié du 19e siècle, des représentants de la race ont commencé à être présentés lors d’expositions félines.

Après une longue période marquée par un certain désintérêt pour le Maine Coon, notamment en faveur du persan, la race a retrouvé ses lettres de noblesse à partir des années 1950. C’est d’ailleurs à ce moment-là que son premier club a été fondé aux Etats-Unis : le Central Maine Coon Cat Club. 20 ans plus tard, la race du Maine Coon a été reconnue par la Cat Fanciers’ Association (CFA), club félin majeur outre-Atlantique. La Fédération Internationale Féline (FIFe) la reconnaît, à son tour, dès 1983.

En France, c’est au début des années 1980 qu’on assiste à l’arrivée de chats Maine Coon. Sa popularité dans l’Hexagone s’accélère à partir de la décennie suivante, au point que la race est devenue aujourd’hui celle préférée des Français.

Caractère

Ce doux géant, impressionne par son gabarit hors norme et par son apparence sauvage. Si son origine lui a prodigué une rusticité à toute épreuve, le Maine Coon s’adapte sans problème à la vie domestique et en fait un compagnon intelligent, paisible, doux, affectueux sans malice et facile à dresser.

Malgré son instinct de chasseur, le Maine coon n’est pas un chat qui court et grimpe partout dans une maison.

 

Le Maine Coon est un chat de grande taille, possédant un long corps rectangulaire. Il s’agit de l’une des plus grandes races de chats au monde.

Il a une croissance longue et une évolution lente jusqu’à ses 4 ans qui nécessite une alimentation bien équilibrée.

 

Il a une espérance de vie de 14 à 20 ans environ.

 

Le mâle pèse en moyenne entre 6 et 10 kg, la femelle entre 4 et 6 kg. Le gabarit et l’évolution plus ou moins rapide du chat varie en fonction de certaines lignées.

 

Le Maine Coon est un chat d’intérieur qui n’éprouve pas le besoin vital de sortir à sa guise s’il n’y a pas été habitué dès son plus jeune âge.

Les dangers rencontrés à l’extérieur sont nombreux : le choc avec une voiture, le vol, les bagarres, les maladies contractées au contact des chats errants …Le Maine Coon est un chat qui s’habitue très bien à sortir en enclos sécurisé ou être promené en laisse avec un harnais.

 

Ne vous laissez pas intimider par sa taille imposante et son aspect sauvage! Couramment qualifié de « doux géant », le Maine Coon est un chat doux, calme et sans malice. C’est un chat affectueux, qui adore être dorloté. Il se plait en compagnie de ses maîtres à l’intérieur, ce n’est pas un chat indépendant, il n’aime pas rester seul, le laisser avec un autre compagnon (chat, chien, lapin…) si vous devez vous absenter une très grande partie de la journée. C’est un chat très sociable, d’une nature foncièrement pacifique, le Maine Coon s’entend bien avec tout le monde, autant les enfants que les autres animaux domestiques, chiens compris.

 

Il a besoin d’exercice pour être épanoui, il aime particulièrement les séances de jeu, il rapporte les jouets qu’on lui lance.

 

Sans être nécessairement bavard, le Maine Coon aime dialoguer avec ses maîtres. Ce qui est étonnant est son répertoire sonore varié, qui fait penser à des roucoulements plutôt qu’à des miaulements.

 

Grimper est un besoin physiologique chez le chat et en particulier chez le Maine Coon, un arbre à chat est indispensable à ce grand chasseur et grimpeur invétéré, prévoir des troncs de 11cm de diamètre minimum et s’attendre à le voir grimper sur les meubles et étagères.

 

 

Entretien et alimentation

Bien que rustique, le Maine Coon nécessite un entretien régulier. Il perd beaucoup de poils et, en fonction de la longueur et de la texture de sa fourrure, il nécessitera un brossage régulier (d’une fois par semaine, à une fois par jour pour les chats avec une fourrure laineuse) pour éviter la formation de nœuds et de bourres. Brossages qui seront plus fréquents (journaliers) à l’automne, au printemps et en été lors des mues annuelles. Ce brossage régulier diminuera également l’apparition de vomissements de boules de poils, boules de poils qui peuvent dans les cas extrêmes occasionner des occlusions intestinales.

Le Maine Coon est un chat qui adore l’eau et aime y tremper ses pattes, il a tendance à renverser ses gamelles d’eau (il pattoune avant de boire, autour ou dans le bol).

De même, il ne mange pas proprement et étale copieusement les croquettes autour de la gamelle. C’est un glouton qui mange très rapidement et peut, par conséquent, vomir son repas aussitôt ingéré. C’est pourquoi il est préférable de favoriser les gros diamètres de croquettes afin de l’obliger à croquer et à manger plus lentement.

 

Le Maine Coon connaît certaines prédispositions à développer quelques maladies. Ainsi, le Maine Coon est sujet à :

  • La cardiomyopathie hypertrophique féline HCM, soit une insuffisance cardiaque d’ordre génétique qui peut également avoir un lien avec une alimentation trop faible en acides aminés.
  • Le Maine Coon peut aussi développer une polykystose rénale PKD (kystes au niveau des reins).
  • Du fait de sa grande taille et de sa musculature, il est sensible au niveau des hanches, où une dysplasie peut se déclencher. Plus ce chat aura de l’embonpoint, plus il pourrait développer cette pathologie.
  • L’amyotrophie spinale SMA peut toucher ses muscles.
  • La Déficience en Pyruvate Kinaze PKDef est une absence de l’enzyme pyruvate kinase entrainant une destruction précoce des globules rouges et menant à une anémie plus ou moins grave selon les individus

Nos reproducteurs sont testés par ADN pour HCM/PKDef/SMA et par échographies pour HCM/PKD